Marches Santé 2011

jeudi 7 avril 2011

IL FAIT TRES FROID

Marches de santé

12 Février : Rendez-vous à la station du tram La Butinière à Lormont 9h30.

Il fait froid. Les premiers arrivés battent la semelle, impatients de partir. On attend le tram suivant. Tout le monde est là une dizaine de personnes, on a doublé nos effectifs de marcheurs par rapport aux premières sorties. On démarre vite pour se réchauffer et de plus, nous descendons. Tien ! pourquoi descendons-nous ? je croyais que nous allions à un belvédère … Mais c’est bien sûr !! ce que nous avons descendu maintenant nous le remontons, et même plus. Souffle coupé bien que nous n’allions pas vite ; Halte, regroupement ; nous poursuivons. Petite barrière, on rentre dans le parc, on longe le château. Tout près, le belvédère. Vue magnifique sur Bordeaux et le pont d’Aquitaine, malgré une légère brume, les photos ne donnent rien. C’est l’heure des glycémies et le réconfort pour tous : douceurs et café apportés par notre diététicienne, merci à elle.Tien un petit lac en bas, on va voir ! Oui bien sûr, nous y voilà. C’est sans compter qu’il va falloir remonter. De nouveau souffle coupé, la colonne s’étire, on s’attend, 12 h : dernier regroupement au tram qui arrive. On reviendra ! le mois prochain.

C’EST LE PRINTEMPS

5 mars : rendez-vous 9h30 au parc bordelais à l’arrêt du bus. Nous sommes une quinzaine, personne n’est en retard. Il fait beau, temps clair, air frais, terrain plat. Cela sent le printemps d’ailleurs des hordes de joggeurs nous entourent par vagues comme des volées de moineaux. Nous sommes obligés de quitter les contre-allées externes pour le centre du parc. Promenade très agréable, sans effort particulier. Les premières fleurs nous ravissent et les lapins en liberté nous surprennent. La pose est décidée par nos fidèles accompagnatrices car nous n’avons pas vu le temps passé et les glycémies ont quand même baissées, et nous avons droit à notre petite récompense avec un café bien chaud. Nous terminerons en allant voir les quelques animaux originaires du Sud-ouest : ânes, dindons, cochons qui nous font fête.

Cette matinée très vite passée, vivement la prochaine sortie.

Ce n’est pas le but de la promenade qui est important mais les petits pas qui y mènent.

Le 9 avril nous avions rendez-vous à la gare Cenon . Nous étions 7 au rendez-vous . Avant de découvrir le parc du Cypressat nous devons faire un petit parcours dans la ville . Puis une belle montée nous attend. Près de l’entrée principale du parc du Cypressat, se trouve l’église saint Romain, entièrement restaurée par laquelle nous faisons un détour

Car depuis son parvis la vue sur Bordeaux est panoramique

Nous empruntons l’allée du centre de réadaptation du château Lemoine pour pénétrer enfin dans le parc du Cypressat d’une superficie de 17 hectares inauguré en mai 2010 ; Il paraît que sous la domination Gallo-romaine, un riche notable fit édifier une villa agrémentée de jardins cernés par des haies de cyprès. Peu à peu, cette essence, originaire des pays méditerranéens, recouvrit l’ensemble du coteau. Certains Bordelais considéraient ce bois comme sacré et y tenaient leur assemblées religieuses. Le cyprès devint même l’emblème des vins de Bordeaux : pour prouver que ces vins, exportés vers l’Angleterre, venaient bien de cette contrée, les marins ornaient le mat et la proue de leur navire d’une branche de cyprès. Mais, en 1709, lors d’un hiver rigoureux, les cyprès furent éradiqués. Les avis divergent à ce sujet : pour certains, le froid fut si vif que les cyprès gelèrent ; pour d’autres, les habitants étant dans un état de grande misère, coupèrent le bois pour se chauffer. Quelques spécimens subsistèrent, justifiant l’appellation de « Cypressat ». Un banc situé à l’ombre nous tend les bras pour la traditionnelle pause café. Le temps est superbe. . Nous empruntons alors le chemin de ronde du parc qui fait 2km. Nous pouvons admirer des bosquets de chênes verts et de grandes prairies .Il y a aussi 3 sources mais nous n’en verrons qu’une la fontaine du Cypressat. Nous serions bien restés plus longtemps à flâner et admirer le paysage. Mais voila il est bientôt midi et il faut penser à redescendre !

le parc naturel du Cypressatest une étape importante de la réalisation du futur parc des coteaux de la rive droite- 400 hectares d’espaces verts reliant par des cheminements doux les parcs de Bassens, Cenon Floirac et Lormont Il s’inscrit plus globalement dans la boucle verte qui ceinturera toute L’agglomération bordelaise .